La régionale

La bruxelloise

La Bruxelloise, ou plus exactement la Régionale Bruxelloise des Etudiants Louvanistes est née dans les années ’80, après le déménagement vers Louvain-la-Neuve. Mais elle est l’héritière d’une tradition bien plus longue.

Il existe à l’Université Catholique de Louvain une assez vieille tradition d’associations d’étudiants bruxellois. La plus ancienne d’entre elles semble être la Société Générale des Etudiants Catholiques Bruxellois, fondée en 1895. La Société Générale, communément appelée “Gé Bruxelloise”, portait bien la marque de son époque. Elle se distinguait notamment par un militantisme catholique peu commun. La tradition attribue d’ailleurs à son fondateur, Edmond Carton de Wiart, la paternité de la calotte. Elle publiait un journal, l’Universitaire Catholique qui a fait, pendant toute la première moitié du XXe siècle, les beaux jours de la presse estudiantine.

Association d’envergure, regroupant finalement tant les étudiants bruxellois de Louvain que ceux de Saint-Louis et de l’ICHEC, la Gé Bruxelloise connut une fin moins glorieuse. En 1953, elle organisa un bal de gala dans une salle proche du Coudenberg. Celui-ci se solda par un tel déficit que la société se révéla insolvable en ne put éviter la dissolution.

Quelques années plus tard, une nouvelle association bruxelloise vit le jour: l’Union Bruxelloise des Etudiants Louvanistes. Cette nouvelle association, plus modeste par la taille et les ambitions, se présentait plus sous l’aspect d’une asociation estudiantine “traditionnelle”. Ses statuts peuvent encore être consultés aux archives de l’UCL. malheureusement, à l’instar de plusieurs autres associations régionales, l’UBEL sombra lors du transfert de notre Université de Louvain à Louvain-la-Neuve.

Le transfert de l’UCL hors de la région de langue néerlandaise fur décidé en 1968. Après étude de différentes possibilités, les autorités académiques portèrent leur choix sur deux sites. Le premier, destiné à accueillir la Faculté de Médecine, était déjà défini bien avant la crise de Louvain. Il s’agissait de terrains sis à Woluwé-Saint-Lambert, en région bruxelloise, où se trouve aujourd’hui le site de Louvain-en-Woluwe. Le second, situé à Ottignies, devait accueillir le reste de l’Université. C’est notre Louvain-la-Neuve d’aujourd’hui. Le transfert de l’UCL fut étalé sur sept ans, et se fit faculté par faculté. Cela explique que pendant les sept années où l’UCL se trouvait sur trois sites, les associations régionales, à vocation intrinsèquement interfacultaire, eurent bien du mal à survivre. Beaucoup furent mises en veilleuse pendant cette période.

On pense que c’est vers le milieu des années quatre-vingts que quelques étudiants décidèrent de remettre sur pied une association bruxelloise à Louvain-la-Neuve: la Régionale Bruxelloise des Etudiants Louvanistes. Malheureusement, il reste peu de traces des débuts de cette régionale, qui est toujours celle que nous connaissons actuellement.

Frédéric Amez, Praeses 1997-98.